Off The Record : Sébastien Perrier, Sony Music France

30 Septembre 2019

World - ibis team

Off The Record : Sébastien Perrier
« L'industrie de la musique a connu une importante décennie de transition, allant des débuts difficiles des années 2000 lors de l'apparition du piratage en ligne à l'époque actuelle où les plateformes de streaming en pleine évolution comme Spotify établissent une nouvelle structure. »

Les grandes maisons de disque comme Sony Music ont évolué au fil de ces époques changeantes, mais leur rôle principal (la signature et la promotion de nouveaux talents) demeure au cœur de leurs préoccupations.

 

Nous nous sommes entretenus avec Sebastian Perrier, directeur Communication et Partenariats chez Sony Music France, afin d'en apprendre davantage sur le travail des grandes maisons de disque et de découvrir comment les partenariats de marque sont devenus un nouvel élément clé de leur travail.

 

Que se passe-t-il en coulisse entre le moment de la signature d'un artiste et son lancement ?

 

Entre le moment de la signature d'un artiste dans une maison de disque et son lancement, il est important d'impliquer nos différents départements afin de garantir le succès du groupe. Il y a quatre domaines clés :

 

•             A&R : l'équipe chargée de la direction musicale de l'artiste

•             Marketing : l'équipe chargée de l'image et du concept de l'artiste

•             Promotion : l'équipe chargée de la promotion de l'artiste par le biais de différents canaux, à la fois en ligne et hors ligne

•             Distribution : l'équipe chargée du partage de la musique via des plateformes numériques comme les canaux de streaming, mais également les disquaires (CD et vinyles)

 

Il existe d'autres acteurs clés, comme le service des affaires commerciales et le service juridique qui protègent les intérêts de l'artiste et moi-même, le directeur Communication et Partenariats chez Sony Music France, qui cherche de nouvelles façons de promouvoir et de développer la carrière d'un artiste par le biais de différentes campagnes et associations de marques.

 

Pour illustrer les nombreuses personnes impliquées, prenons l'exemple de l'artiste internationale Jain et de son équipe composée d'environ 80-90 personnes qui soutiennent ses projets musicaux, du point de vue artistique au point de vue logistique.

 

De nos jours, l'industrie de la musique étant tellement développée, comment faire le buzz pour attirer l'attention ?

 

Nous n'attirons plus les gens de la même façon qu'il y a quelques années. En termes de musique, il est évidemment important de créer et de lancer des sons innovants qui touchent un public. Cependant, lors du lancement d'un artiste, le concept et l'image sont plus importants que jamais ; les réseaux sociaux et les vidéoclips ont un pouvoir énorme sur le public et génèrent un intérêt majeur en ligne. Ce sont des outils que les grandes maisons de disque peuvent utiliser pour maximiser la réussite d'un artiste, mais il n'existe pas de recette magique et la réussite est souvent le fruit du hasard ; il faut proposer le bon concept au bon endroit et au bon moment.

 

Combien d'artistes sont signés chez Sony Music France sur une année et cette tendance évolue-t-elle au fil des années ?

 

Sony Music France signe entre 120 et 130 artistes français et ce chiffre devrait passer à 140-150 artistes d'ici la fin de l'année, principalement des artistes urbains. Nous avons constaté le développement du répertoire musical de Sony Music Entertainment et l'évolution de l'industrie de la musique, principalement aux États-Unis, mais suivis de près par l'Europe. Par conséquent, cela nous permet de développer nos équipes et nos compétences afin de lancer de nouveaux artistes.

 

Quel est le succès dont vous êtes le plus fier avec l'un de vos groupes ?

Le dernier succès dont je suis le plus fier est le partenariat entre Jain et la FIFA. Elle était l'ambassadrice de marque de la Coupe du monde féminine de football et l'artiste officielle de la Cérémonie d'ouverture, ce qui a permis sa promotion à l'étranger. Ce partenariat était une réussite, car l'événement venait soutenir les valeurs que Jain partage dans ses chansons aux messages féministes.

 

Avez-vous un petit conseil à donner aux nouveaux artistes afin de leur permettre d'attirer la bonne maison de disque ?

 

Le principal conseil que je peux leur donner est que la musique va au-delà de toute relation humaine. Il est important de développer et de construire une véritable connexion avec vos futurs collaborateurs avant de vous précipiter et de penser aux contrats et aux affaires. Une maison de disque est un partenaire et chez Sony Music, nous encourageons la confiance et la transparence lors de nos collaborations avec des artistes. Sinon, il est difficile de développer un projet et de contribuer à sa réussite.